VINNEUF • LES AMIS DU PATRIMOINE
VINNEUF • LES AMIS DU PATRIMOINE

Le patrimoine rural

L'oratoire de Saint-Nicolas

En quittant la nationale à Champigny-sur-Yonne et après avoir enjambé l’Yonne et le canal de dérivation de Courlon-sur-Yonne, vous arrivez à l’entrée de notre village.

 

Au XVIIe siècle, cette entrée de Vinneuf était située à l’angle actuel des rues Voltaire et de la Croix-Saint-Nicolas. C’est en effet à cet endroit que l’on peut admirer depuis trois siècles, l’oratoire de la croix de Saint-Nicolas, mentionnée dans un acte de 1687, délimitant ce quartier appelé Gacogne. A l’origine, le monument était situé plus près de la route en bordure d’un chemin, aujourd'hui carrefour très fréquenté après le percement de la rue du stade et celle de la Croix-Saint-Nicolas. Cet oratoire témoigne de la foi de nos ancêtres, véritable mémoire de notre village, qui nous rappelle que le 6 décembre de chaque année, jour de la Saint-Nicolas, les jeunes gens du village venaient orner la croix d'une couronne de fleurs.

 

Érigé pour protéger les paroissiens, cet édifice est de type classique avec un pilier en pierre dont la partie supérieure est en forme de pyramide. Il est surmonté d'un mât sur lequel repose une boule censée représenter le globe terrestre, laquelle est surmontée d'une croix ornée de jolies volutes. La niche rectangulaire, pièce maîtresse de l'édifice, est destinée à abriter la statue du saint. Elle se termine dans sa partie supérieure en arc trilobé. A signaler que la statue originale ayant été dérobée, c'est l'abbé Laboise, curé de Vinneuf de 1893 à 1904, qui la remplace en 1900 lors de la rénovation du monument.

     

Rappelons que Saint-Nicolas est le patron des écoliers petits garçons, des bateliers, pêcheurs, marins et mariniers, déchiffreurs de bateaux et débardeurs, voyageurs et pèlerins, brasseurs, tonneliers, ciriers et des mal-jugés. C’est aussi le patron de la Lorraine, des navigateurs, des jeunes filles sans dot, des enfants sages, des avocats, de la magistrature… et de la Russie.

 

Le calvaire de la Sainte-Trinité

Quittant la Seine-et-Marne et sortant de la commune de Misy-sur-Yonne, nous nous dirigeons vers Vinneuf.

Après avoir passé la rue du Boucher sur notre gauche, ancien lieu-dit du Boucher, puis la rue de Maison-Blanche sur notre droite, nous arrivons au carrefour de la rue Pasteur et de la rue Eugène-Gaudaire dans le quartier de la Raganne. Le calvaire de la Croix Sainte-Trinité, sur le trottoir de gauche, est entouré de murets et agrémenté de rosiers. Érigé depuis plusieurs siècles, ce monument a subi de multiples rénovations dont certaines sont connues. Les différentes phases de la partie supérieure de son socle, de forme pyramidale en briquettes, indiquent qu’une première restauration a été réalisée en 1828 par Monsieur Raimbeuf, maître d'œuvre, et Monsieur François Romain Percheron, curé de Vinneuf de 1826 à 1854.

Puis, en 1903, le monument, qui se trouvait semble-t-il plus bas dans le carrefour, a été déplacé pour être installé sur l'emplacement actuel par l'abbé Laboise.

La croix de la Sainte-Trinité est assurément un calvaire, celle-ci étant surmontée du Christ crucifié, rappelant l'un des trois personnages présents au Golgotha.

Elle est, avec l'oratoire Saint-Nicolas, une des plus belles croix que possède notre village.

La Trinité ou Sainte-Trinité est un seul Dieu en trois personnes : Père, Fils et Saint-Esprit. Elle est fêtée le dimanche qui suit la fête de la Pentecôte.

Evénements

Pour nous trouver :

Devenir membre

Vous voulez devenir membre ? C'est très simple : utilisez notre formulaire de contact pour Adhérer

Nous vous attendons avec impatience !

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© VINNEUF. LES AMIS DU PATRIMOINE